Loading
  • 06.98.10.32.51
  • contact@learning-sphere.com
  • France

Étiquette : Mooc autoformation

2 posts

Martinique, APP & Formation

  • Martinique, APP & Formation

                 Le 27 février 2014, l’AGEFMA a organisé à Fort de France[1], une rencontre «Redonner une nouvelle dynamique au réseau des Ateliers de Pédagogie Personnalisée (APP) en Martinique, en lien avec les besoins du territoire» en direction des «anciens» APP toujours en activités, et les organismes de formation, intéressés par le nouveau label national. Cette réunion a été animée, par Jean Vanderspelden, consultant ITG, pour le compte de l’APapp ; l’association nationale des APP.
                 L’AGEFMA a marqué la convergence entre la politique du Conseil Régional avec sa démarche qualité portée par l’AFNOR, la mission d’accompagnement des acteurs du territoire de l’AGEFMA, la volonté des organismes de rejoindre un réseau reconnu, organisé et enfin, l’APapp dans sa logique de maillage territorial.

    Les APP, une autre façon d’apprendre !
    Article publié sur le site de l’AGEFMA en mai 2014

    http://www.agefma.org/index.php?page=actualites&cible=438

     Les APP sont organisés en réseau depuis plus de 30 ans[2].

                L’APapp rassemble 125 organismes de formation labellisés APP dont l’ensemble constitue le réseau national réparti sur le territoire, DOM-TOM compris. Les sites labellisés «APP» mettent en œuvre une démarche pédagogique spécifique, fondée sur «l’autoformation accompagnée», définie dans le cahier des charges national des APP[3]. Le label est accordé pour trois ans, suite à un audit réalisé par AFNOR Certification et après avis de la commission nationale de labellisation. Le label est ouvert à tout organisme de formation qui en fait la demande (organisme privé, associatif ou scoop, CCI, CFA, CFPPA, GRETA, Université, etc….). Dans cette logique de réseau favorable à la mutualisation des outils et des ressources, aux réponses concertées aux appels d‘offre et aux partenariats (Conseil Régional, Conseil Général, Communauté de communes, Etat, Pôle Emploi, FPSPP, ANLCI, AGEFIP, OPCA, Entreprises, SIAE, etc…) et aux partages de valeurs et des bonnes pratiques, l’APapp a pour mission :

    • la gestion du label ;
    • la promotion et le développement de la démarche APP :
    • la professionnalisation des acteurs et l’outillage des équipes ;
    • et le développement d’expérimentations et de projets innovants.

    Les prestations des Ateliers de Pédagogie Personnalisée.

                Le savoir-faire des équipes APP (individualisation des parcours et personnalisation de la relation d’aide[4]) permet de mettre en oeuvre des réponses adaptées et négociées avec chacune des personnes accueillies formées et accompagnées. En 2013, le réseau des APP a formé dans le champ du socle de connaissances et de compétences et des compétences clés européennes, 36 000 personnes. Les équipes ont dispensé 2 800 000 heures de formation. Les principes fondamentaux de la démarche APP sont :

    1 la  personnalisation ;
    2 l’accompagnement  de l’apprenant ;
    3 ancrage  territorial ;
    4 la  diversité des publics accueillis en flux ;
    5 des  sources diversifiées de financement ;
    6 un  fonctionnement à dimension régionale et nationale ;
    7 et les  domaines de formation des huit compétences clés européennes.

    Zoom sur la culture numérique développée en APP

                Parmi les huit compétences clés du référentiel européen figurent «Apprendre à apprendre» et «La culture numérique». Dans les APP, ces deux compétences en résonance permettent de préparer les adultes, quelque soit leur statut (salarié ou demandeur d’emploi ou autres), leur âge et leur niveau de formation, souvent faible, à la nouvelle donne de notre société qui se complexifie et s’ouvre en même temps. Avant, il fallait savoir lire, écrire et compter. Avant, on apprenait une fois pour toute à l’école! Aujourd’hui avec le développement des usages du numérique dans nos sphères personnelles, sociales et professionnelles, nous devons en plus être en mesure de publier et partager. Il s’agit de maîtriser les outils numériques, non seulement pour se divertir ou consommer, mais aussi pour se déplacer, s’informer et, de plus en plus, pour apprendre, collaborer, produire et travailler de manière collaborative.

                Aujourd’hui, on doit saisir les diverses opportunités tout au long de notre vie pour continuer à apprendre, et ainsi, mieux anticiper et s’adapter aux évolutions sociales et économiques nos territoires. Cette journée de rencontre et d’échanges s’est conclue sur la perspective de réflexions à engager avec les partenaires du territoire, les organismes de formation et l’AFNOR pour un l’objectif annoncé d’un nouveau réseau des APP Martiniquais en ordre de marche pour début 2015.

    Pour l’APapp,  Jean Vanderspelden – Consultant ITG – Avril 2014
    Membre du FFFOD et de Learning Sphère

     www.iapprendre.fr ou http://sites.google.com/site/jvdsconsultant/

    Contact APapp : Marie-Anne Corbin – Directrice de l’APapp – Tél : 06 15 04 14 39 – www.facebook.com/reseauappwww.app-reseau.eu


    [1] Voir photos

     [2] «Les Ateliers de Pédagogie Personnalisée ou l’autoformation en actes» – Ouvrage collectif coordonné par Philippe Carré et Michel Tétart – l’Harmattan – Savoir & formation – 2003

     [3] Téléchargement du cahier des charges national des Ateliers de Pédagogie Personnalisée via le site http://app-reseau.eu/upload/Cahier%20des%20charges%20APP%202011.pdf?PHPSESSID=fpi0gipgehel2qviijr1l7n7s1

     [4] «APP : individualiser n’est pas personnaliser, ou apprendre à s’autoformer !» – Article publié dans l’AFP N°194 – Centre Inffo – Jean Vanderspelden – 2005 https://www.facebook.com/notes/jean-vanderspelden/app-individualiser-nest-pas-personnaliser-ou-apprendre-%C3%A0-sautoformer-article-pub/448053721892304

Le 1er Moocamp, la fabrique des MOOCs,

Le 1er Moocamp, la fabrique des MOOCs, tout est dans le titre !

http://www.fffod.fr/actualites-de-la-foad/revue-de-presse-/2725-le-1er-moocamp-la-fabrique-des-moocs-tout-est-dans-le-titre

            Cela va vite ! A peine le temps de s’habituer à deux nouveaux mots, «Mooc»[1] et «Barcamp»[2], qu’ils se recombinent pour en créer un troisième : «Moocamp»[3] ! Le samedi 11 janvier 2014, SenseSchool, en association avec MakeSense[4], avec l’appui de France Université Numérique, du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et du Centre de Recherche Interdisciplinaire, ont organisé une journée d’échange et d’innovation pour mettre en place «La fabrique des Mooc» ; une première en France, au coeur de Paris ! Cette journée de scénarisation collective de Mooc s’est articulée autour de quatre temps.

Un premier temps collectif a réuni l’ensemble des participants (Bretagne, Ile de France, Languedoc-Roussillon, Normandie, Rhône-Alpes, etc….) pour prendre connaissance de l’organisation de la journée et la liste de la quinzaine d’idées de Mooc proposés. Comme dans un Barcamp, chaque porteur de projet de Mooc a présenté son idée en «une minute chrono». Un vote a permis de sélectionner dix projets pour un travail d’exploration et approfondissement. Pendant le dépouillement Matthieu Cisel, doctorant et François Taddei, directeur du CRI, nous ont fait partager quelques repères, au plan mondial, sur les questions et les enjeux d’un apprentissage de plus en plus collaboratif. Voici la liste des 10 idées de Mooc retenues :

 1)    Apprendre à s’orienter
2)    Les piliers de la cognition
3)    Les outils du Web sémantique
4)    Design et sciences
5)    La révision au brevet des collèges en histoire-géographie
6)    Apprendre à créer son jeu dès 8 ans
7)    L’innovation pour tous
8)    Stratégies et compétences pour trouver un 1er emploi
9)    L’autisme, sensibiliser et orienter
10) L’art de négocier.

Les thèmes et les publics cibles de ces dix Mooc sont larges.

Dans un second temps, on s’est retrouvé par affinité, en atelier en parallèle (de A21 à A44) le matin et l’après-midi, pour une série de brainstorming. Il s’agissait de dégager des pistes pour répondre aux quatre briques de la dynamique d’apprentissage, Mooc ou pas Mooc, Distanciel ou non ; 1) générer l’attention, 2) soutenir un engagement actif, 3) proposer un feedback et 4) apporter une consolidation, le tout en interagissant dans un espace-temps. Après un temps d’émergence créatif, nous nous sommes remobilisés pour un travail de convergence en vue de retenir les éléments permettant de caractériser le public cible de chaque Mooc fabriqué, mais aussi son contenu, en terme de connaissances et de compétences visées, son séquençage, les activités associées et enfin, les partenaires potentiels associés. Après discussion, négociation et compromis, nous avons mis au mieux de l’ordre dans nos idées, dans les limites du temps imparti, sur le plus d’items possibles générés dans ces brainstormings.

On préparait le troisième temps : celui d’une première rencontre inter-atelier, avec l’appui d’experts pour consolider et/ou réorganiser chaque objectif et chaque étape du Mooc. Sur les dix ateliers, des centaines de post-it, de toutes les couleurs, ont été écrits collés, décollés, réécrits et recollés, comme l’indiquent ces deux photos[5] !

Quatrième et dernier temps, en fin de journée, deux délégués de chaque groupe sont venus présenter les résultats de notre cogitation, rassemblés sur un inévitable diaporama. Trois votes ont clôturé nos travaux (riches) pour désigner et, au final,  soutenir la réalisation du :

– Prix du MOOC le plus innovant, décerné par le jury à « TransiMOOC : réviser son brevet des collèges en Histoire-Géographie » fait pour des décrocheurs scolaires, porté par Transapi.

– Prix du MOOC le plus fun, décerné par le jury au MOOC « Fabriquez vos jeux vidéos dès 8 ans » porté par Magic Makers.

– Prix du MOOC d’intérêt général, décerné par le public à « AUTIMOOC : Découvrir et interagir avec le monde des personnes avec autisme » porté par Auticiel.

Le Moocamp ; journée ouverte,  démocratique et conviviale ! On n’a pas arrêté de voter et de réfléchir aussi ! Merci aux organisateurs pour ce temps d’intelligence collective ! Il y a deux ans, les Moocs n’existaient pas ! Aujourd’hui, ils prennent, étape par étape, par ajustements successifs, une place (parmi d’autres) dans le paysage des actions de types FOAD. Ils ont des impacts, certes variables et en partie cachés, mais toujours massifs et souvent qualitatifs.

Surtout, ils permettent, par l’innovation et la proximité numérique, de toucher un nouveau type de publics apprenants, jeunes ou des adultes peu qualifiés (voir parmi la liste de 10 Moocs de ce 1er Moocamp). L’apparition des Mooc valorise aussi des approches confortant l’autoformation[6], plus ou moins accompagnée. Cela nous semble nouveau et prometteur, même s’il reste du travail, collaboratif bien-sûr.

Un manuel de réplication de ce Moocamp sera bientôt disponible. D’autres Moocamps devraient être organisés en région, à suivre…

Jean Vanderspelden –  Consultant ITG, membre du FFFOD & Learning SphèreJanvier 2014 – jean.vanderspelden@free.frwww.iapprendre.fr


[1] Massive Open Online Course : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mooc

 [4] Makesens est une communauté de bénévoles cherchant à promouvoir l’innovation dans le champ de l’entreprenariat social, dont SenseSchool est une extension sur l’innovation en formation : www.senseschool.cc «Transformer l’éducation en permettant à chacun de résoudre les problèmes sociaux et environnementaux de notre époque».

[5] Photos reprises sur le fil twitter : #Moocamp

 [6] Voir vidéo de 55’ disponible sur Youtube «Les Mooc, nouveaux visages de l’autoformation» ; table ronde au cours des 11ème rencontres du FFFOD à Caen en novembre 2013 avec C. Vaufrey, C. Jeunesse et D. Cristol – http://youtu.be/y6fb1F4Lsmg