Loading
  • 06.07.10.54.70
  • contact@learning-sphere.com
  • France

Auteur : Eric Pereira

14 posts

Médias sociaux, formation informelle et effet pervers ?

Les outils du web 2.0 ont créé de nouveaux usages et ont entraîné de profonds bouleversements dans les processus de formation et dans le rôle du formateur/enseignant…

E-learning : une histoire courte mais riche d’évolution

Nous sommes passés en une dizaine d’années de dispositifs centrés sur le formateur, des modules largement issus de la formation présentielle et simplement transposés à la FAD (Formation à Distance), à des dispositifs centrés sur l’apprenant, cette transformation étant rendue possible par la généralisation d’outils (ceux du Web 2.0 notamment) qui modifient en profondeur le mode de communication des utilisateurs.

Les outils du web 2.0 ont créé de nouveaux usages et ont entraîné de profonds bouleversements dans les processus de formation et dans le rôle du formateur/enseignant.

Nous en sommes aujourd’hui à l’ère du collaboratif, où l’on peut dire que les services de partage, de social learning et les pratiques collaboratives sont mis en valeur et proposés à l’apprenant et à l’enseignant/formateur. Chaque membre d’une communauté d’apprenants enrichit le contenu, partage ses pratiques et ses difficultés.

Bienvenue dans l’ère du collaboratif…

Avec l’utilisation des outils du Web 2.0, la connaissance se construit en permanence. La connaissance n’est plus la propriété de « celui qui sait » diffusée verticalement vers celui qui apprend. La connaissance devient collective, partagée à travers les réseaux vers des communautés d’utilisateurs.

La part allouée à la formation informelle est aujourd’hui de plus en plus importante dans les dispositifs blended, et l’accent est mis sur les communautés de pratiques, les communautés d’apprenants qui partagent, enrichissent et échangent le contenu de l’apprentissage.

Ainsi l’apprenant, pour peu qu’il sache chercher, utiliser et partager l’information, en tire un bénéfice pédagogique certain.

Nous savons par également que nous acquérons la majorité de nos savoir faire et savoir en situation de formation informelle

…et de la formation informelle.

Dans la formation informelle, les apprenants fixent eux mêmes leurs objectifs. Ils apprennent quand ils ont besoin d’apprendre, et voient l’efficacité de l’apprentissage lorsqu’ils savent faire quelque chose qu’ils ne savaient pas faire avant.

Il y a situation de formation informelle par exemple lorsque l’information vient suite à une demande de l’apprenant qui cherche de l’aide à travers son réseau, ou bien lorsque les personnes reçoivent une information utile à travers une conversation. La situation de formation informelle ne se distingue pas forcément de la situation de travail. Les intéressés n’ont pas forcément la conscience d’apprendre.

Cet apprentissage informel est géré par l’apprenant lui même qui le jugera efficace s’il résout ses problèmes ou augmente effectivement son savoir-faire.

Le contexte économique actuel, le besoin d’aller toujours plus vite, de gagner du temps, obligent à disposer du maximum d’informations pertinentes et actualisés afin d’agir vite et bien, pour procurer aux acteurs de l’entreprise tous les moyens nécessaires à l’action : c’est l’enjeu de la formation et de la capitalisation des connaissances.

De nouveaux outils à disposition

La panoplie des outils e-learning, qu’ils soient LMS, outils auteurs ou autres outils d’animation, répondent à la nécessité pour les entreprises de disposer d’une formation/information quasi en temps réel. L’information et la connaissance sont aujourd’hui les armes de la performance pour les entreprises.

Les médias sociaux sont donc de plus en plus largement utilisés dans la formation parce qu’ils répondent aux besoins de communication, d’échange et de partage des apprenants.

Mais prenons un peu de recul, demandons nous quelle est l’utilité réelle de tous ces outils mis à la disposition des apprenants ?

Les apprenants utilisent ces outils pour :

  • Trouver des réponses à leurs problèmes ou proposer des réponses.
  • Être au courant de ce qu’il se passe dans leur entreprise et leur métier, faire de la veille technologique.
  • Construire un réseau fiable de collègues, d’experts à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise.
  • Communiquer, échanger,  collaborer avec des collègues.
  • Partager des ressources et de l’expérience.
  • Améliorer leur efficacité.

Le coeur du dispositif n’est plus le contenu déployé, mais l’apprenant et la communauté qui interagit,  collabore,  enrichit le contenu,  crée du lien.

Quid de l’accompagnement ?

La tentation peut alors être grande pour l’entreprise de déplacer la responsabilité de la formation sur l’apprenant. La mise à disposition d’outils, l’efficacité des réseaux sociaux, l’horizontalité des processus d’apprentissage ne doit pas faire oublier que l’efficacité pédagogique tient principalement dans la faculté qu’ont les apprenants à chercher, analyser, produire de l’information.

Sans accompagnement adéquat, le risque est donc de creuser l’écart existant entre ceux qui savent utiliser ces nouveaux outils, ceux qui savent chercher, analyser, produire de l’information, et ceux qui ne savent pas, qui ne sont ni prêts ni préparés à cela.

Ce qu’il faut, c’est certainement que tout le monde apprenne à apprendre, et surtout ceux qui sont le moins préparés, au niveau technologique ou culturel.

Le défi que doit relever le e-learning aujourd’hui reste celui de l’innovation pédagogique, la réelle prise en compte d’un accompagnement afin que les technologies à notre disposition servent les objectifs de toute formation : acquérir des savoirs, savoir faire et peut être savoir être…

J’ai testé pour vous… le flash learning de l’ISTF

J’ai testé pour vous… le flash learning de l’ISTF
Thème « La gestion d’un contenu multilangue avec elearning maker »

Durée : 45 min
Tarif : 90 € HT

Le principe consiste à suivre une formation synchrone par classe virtuelle (par le biais d’elearning live d’e-doceo) sur un thème proposé au catalogue de l’ISTF (http://www.istf-formation.fr/content/catalog.php)

Après quelques ajustements sonores, le formateur m’accueille sur elearning live, l’outil de classe virtuelle d’e-doceo. Je suis la seule participante à la session.

Il me présente la manière dont le flashlearning va se dérouler par une  structure clairement exposée en 5 points :
1 – introduction (5 min)
2 –  théorie (10 min)
3 – pratique (20 min)
4 – supports (5 min)
5 – conclusion (5 min)
Après une prise en compte de mes attentes et de mon niveau de maîtrise, la formation commence. Le formateur commente sa présentation powerpoint. Mes questions suivent le rythme de la formation dans un échange parfaitement interactif.

Ce que j’ai bien aimé

  • Prise en compte de mes besoins (l’animateur m’invite lors de l’introduction à exprimer mes attentes par rapport au sujet traité)
  • Structure efficace et clairement explicitée dès le début
  • Formation individuelle (mais ce n’est sans doute pas toujours le cas)
  • Formation opérationnelle, directement applicable à mes besoins
  • Suivi par mail de l’animateur après la formation, s’engageant à répondre aux questions complémentaires

Ce que j’ai moins aimé

  • La lenteur d’affichage lors du partage d’écran du formateur. Ce dysfonctionnement  provoquait un décalage entre le commentaire audio du formateur et l’affichage des données à l’écran (toutefois, ma connexion internet n’était pas la plus performante)

Recette pour un système d’apprentissage 3 étoiles

Nul doute,  vous avez assimilé l’entrée (le système d’entrée de notre module e-learning).  Il est temps maintenant de passer au plat de résistance : le système d’apprentissage de notre module.

Comment concocter un système d’apprentissage consistant sans le faire lourd et indigeste ? Tel un grand chef, il vous faudra en fait démontrer votre doigté pour révéler toutes les saveurs de votre ingrédient principal. Selon votre manière de le cuisiner et de l’agrémenter, il sera plus ou moins apprécié et facile à assimiler. Prenez donc votre ingrédient principal : votre contenu à transmettre.

Multipliez les saveurs sans trop en faire

Variez les différents médias pour présenter votre contenu de manière attractive et capter l’attention de l’apprenant : animations flash, vidéos, photos, illustrations, voix off…

Avec ou sans accompagnement

Quelques types d’accompagnements : synthèse, résumé, documents annexes à télécharger, liens internet…
Les messages clés incontournables doivent figurer à l’écran, le reste peut être intégré dans des documents annexes (mais risque au rendez-vous : l’apprenant peut passer à côté). C’est comme en cuisine  proposer un accompagnement à une viande… le client rassasié peut choisir de le  laisser de côté, rien n’est gâché :  le plat se suffit de toute façon à lui-même.

Composez votre plat de manière à le rendre très digeste

Pour aider à l’assimilation, proposez régulièrement des activités interactives. Elles aideront l’apprenant à mémoriser, analyser, comprendre ;  en d’autres termes,  atteindre les objectifs pédagogiques choisis. Ces activités seront des exercices de différents types : QCM, glisser-déposer, textes à trous, mots croisés, mots et/ou images à relier…

Enfin, rendez-le appétissant !

Soignez aussi la présentation. Si l’esthétique ne doit pas prendre le pas sur la pédagogie, il est essentiel de veiller à l’attractivité maximum de votre contenu de formation.
Allez, à vos fourneaux pédagogiques…  et à bientôt pour, en dessert, la compréhension optimale 😉

Une recette pour réussir des modules e-learning équilibrés !

Vous n’êtes ni sur marmiton.org ni sur recettesdecuisine.net mais bien sur learning-planet.fr et c’est pourtant bien une recette que nous vous proposons pour mijoter à vos apprenants des modules e-learning digestes !

Pour régaler vos apprenants, rien de tel qu’un module équilibré.
A l’instar d’un bon repas, prenez soin de leur proposer :

  • une entrée (plus ou moins consistante et éventuellement précédée d’un apéritif et d’amuses-bouche). C’est le système d’entrée du module.
  • un plat de résistance (copieux ou version cuisine allégée…), c’est le système d’apprentissage.
  • enfin pour ne pas rester sur sa faim, le dessert. C’est le système de sortie.

Voyons un peu comment concocter ce menu.

Tout d’abord le système d’entrée…

Selon le contexte (service express ou restaurant gastronomique), le contenu de ce système d’entrée sera plus ou moins consistant, mais quoiqu’il en soit, vous devez, à ce stade, proposer à l’apprenant tous les ingrédients qui le mettront dans de bonnes conditions d’apprentissage.

  • Enoncé des objectifs du module : l’apprenant doit savoir à quoi s’attendre, quelles compétences ce module doit lui permettre de développer, le niveau qu’il doit atteindre ou les bénéfices qu’il va retirer de sa formation ; c’est un peu une mise en bouche.
  • Indication de la durée du module : l’apprenant doit savoir combien de temps il va passer devant son ordinateur pour se former, ne serait-ce que pour être sûr d’avoir le temps matériel de le faire (que l’on rentre dans un fast-food ou dans un restaurant gastronomique, on sait approximativement le temps que l’on va passer dans l’un comme dans l’autre).
  • Présentation du contexte du module : l’apprentissage sera plus aisé si on replace la formation dans le contexte dans lequel elle est proposée (par exemple, on acceptera plus facilement un menu imposé au restaurant, lorsque le serveur nous indique que le choix est limité car le chef cuisine avec les produits du marché)
  • Indication du sommaire du module : c’est un peu comme le menu au restaurant… on y découvre ce que l’on va déguster. Ce menu peut être imposé ou à la carte.
  • Le menu imposé, c’est proposer à chaque apprenant un apprentissage rigoureusement identique : lorsque l’on souhaite être sûr par exemple que chacun ait le même niveau de connaissances ou d’informations sur un sujet donné.
  • Dans le cas d’un menu à la carte, l’apprenant pourra choisir son menu en fonction de ses besoins : ce choix se fera le plus souvent à l’issue d’un test d’entrée et des préconisations qui en découlent.

Le temps de digérer ces quelques informations et je vous retrouverai très prochainement, pour le plat de résistance… à savoir,comment agrémenter votre système d’apprentissage !